AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  



 

Partagez | 
 

 James Oraval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edurya
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 05/03/2008

Personnage
Année d'Etude: 4ième
Don: Chieur professionnel
Matières étudiées:

MessageSujet: James Oraval   Mer 30 Déc - 13:35:15

FICHE TYPE 1

William Oraval
...........................................James.

feat Adam Brody

Bidouille / Sushii

01. passeport ;
    Nom & Prénom(s) ; James William Oraval
    Date & Lieu de Naissance ; 1° Aout 1993, à l'hôpital d'Oxford.
    Nationalité ; Anglaise
    Année d'Étude & Âge ; James est à présent en 6ième année. Il vient de faire 16 ans en Août.
    Sang ; Ascendance moldue
    Orientation Sexuelle ; Hétéro.

    Baguette ; 37, 4 cm en Prunellier avec de la sève de Mandragore.
    Niveau scolaire ; moyen à assez bon
    Maison souhaitée ; Gryffondor
    Dons ; Empathie profonde.
    Spoiler:
     
    Épouvantard ; Une camisole de force blanche et lui dedans hurlant comme un dément.
    Patronus ; Colombe
    Miroir du Risèd ; Lui même en blouse blanche avec des cheveux gris et un sourire heureux, un stétoscope autour du cou.
    Camps ; Neutre
02. apparence ;
    Physique ; James possède des cheveux fin et noirs, comme bon nombre de la famille Oraval, mais souvent en bataille pour sa part. Son visage est fin et une chance pour lui ses oreilles ne sont pas décollées. Ses yeux noisettes reflètent parfois la souffrance intérieure qu'il ressent à se démêler avec sa malédiction. Mais avec le temps, ils arrivent à exprimer également la joie. Il possède un nez droit et plutôt délicat pour un homme. Il pince souvent ses lèvres fines quand il réfléchit et quand il les étire le sourire qui illumine son visage crée deux fossettes sur ses joues qui lui donne un air canaille qu'il n'exprime qu'avec ses proches. Etant un peu fainéant, ou plutôt peu attentif à son apparence physique, l'adolescence a doté James d'un début de barbe qu'il ne rase pas forcément tout les jours, ce qui lui confère ce côté ours mal léché, accentué par sa "bonne humeur" quand il est au prise avec sa malédiction.
    C'est un garçon plutôt grand pour son âge : 1m84 (il dépasse depuis longtemps ses soeurs et à présent son frère de presque 5 bons centimètres, ce qui le fait enrager, bien sûr) pour un poids légèrement en dessous de la moyenne : 60 kg (et pourtant avec les tonnes de nourritures que lui donne à ingurgiter sa soeur...) Mais comme il dit souvent : il élimine vite, donc il lui reste toujours une petite place pour une part de tarte au pomme, son pêché mignon. C'est un garçon de nature sportive et plutôt bien taillé, même si un peu trop maigre au goût de ses soeurs. L'heure de jogging à laquelle il s'astreint chaque matin y est sûrement pour quelque chose. Il a le pas lourd, mais ce n'est guère étonnant vu sa taille.
    Style Vestimentaire ; James a un style très classique. Quand il ne porte pas l'uniforme de l'école aux armoiries de sa maison, il se dote d'un jean, de converses et d'un tee-shirt sans trop regarder ce qu'il met. Heureusement pour lui, il n'est pas en charge de sa garde robe ce sont plutôt ses soeurs qui s'en occupent. Après tout elles ont meilleur goût que lui, autant les laisser se faire plaisir. C'est ainsi que sans le savoir il se retrouve avec des jeans plutôt à la mode, coupe de travers, revers clairs, etc... etc... Tout ce que ces jeunes moldus portent couramment dans Londres. Identiquement pour les tee-shirt que Hellen chine souvent au marché de Portobello et trouve, à des prix dégriffés, des habits de grande-marque. De toute les couleurs, elle a appris à respecter ses goûts pour le simple et le classique. Ainsi généralement elle mêle une pointe d'excentricité à quelque chose de plus strict. Malheureusement, ceci ne concerne pas les cadeaux d'anniversaire et autant dire qu'à ce moment là, elle se lâche. Aussi conserve-t-il dans ses placards quelques collectors qui peuvent lui assurer une honte sans équivoque... Comme ce tee-shirt où devant il y avait inscrit : "I'm Hot and sexy" et dans le dos était gravé : "And I'm single !" Encore une idée d'Exan ça ! Il a un drôle d'humour son frère... Ou cet autre mentionnant : " Grumpy but gorgeous " Ce qu'il ignore, c'est que l'espièglerie de ses soeurs a poussé jusqu'à lui mettre plus de shirt de ce genre dans sa malle et qu'il pourrait bien avoir des surprises un de ces 4... Heureusement ce genre de surprise ne concerne ni ses chaussures, encore moins ses caleçons, que personne ne peut voir et qu'il choisit lui-même ce qui en fin de compte est peut-être pire, ni ses chaussettes.
    Signe particulier ; Aucun
03. personnalité ;
    Description ; James possède une personnalité variable selon avec qui il se trouve, résultat direct de sa malédiction. Certains le trouvent ainsi lunatique, passant facilement et rapidement du rire aux larmes sans qu'un quelconque facteur autre que le fait de changer de pièce n'entre en jeu. Il est déstabilisant pour beaucoup de monde de le côtoyer. Il possède une perspicacité étrange sur les gens qui peut effrayer. Pour les autres il est ce gryffondor bizarre, probablement le seul membre de sa maison à être associal, agressif et à ne pas se mêler aux foules. Un cas bien à part ayant souvent des problèmes de santé ce qui explique qu'on ne le voit rarement ailleurs qu'en cours.
    Pour ceux connaissant son secret il est à la fois plaisant et déroutant de rester à ses côtés car il y a souvent besoin de peu de mot pour qu'il comprenne vos sentiments mais il est impossible de lui mentir. Ou quasi. Et comment rester auprès de quelqu'un connaissant vos sentiments avant que vous en ayez vous-même conscience ? Ou ne souhaitiez vous l'avouer ? Mais cela fait de lui le parfait grand frère compréhensif et à l'écoute, ce qu'il exploite avec ses meilleures amies.
    Et pourtant avec le temps, James commence à cerner certain traits de sa personnalité propre, du moins le croit-il. Entouré par sa famille, il révèle un caractère enjoué et aimable, plein d’entrain, impulsif et farceur. Loin d’eux, il est plus taciturne et solitaire, sa façon de se protéger contre les sentiments extérieurs, il peut même devenir agressif pour éloigner les autres de lui et retrouver un semblant de calme. un petit garçon timide, désireux de croquer la vie à pleines dents, mais comme tout dernier de famille, capricieux et égocentrique.
    Principales qualités ; A l'écoute, gentil, protecteur, généreux et impulsif.
    Principaux défauts ; Têtu, égocentrique, capricieux, chouineur et impulsif.
04. grimoire ;
    Histoire; Dernier né d’une famille de cinq enfants son histoire commence il y a treize ans. Sa mère Emilie Oraval décide d’arrêter sa chimiothérapie se sachant condamnée par un cancer généralisé. Pour ne pas inquiéter ses enfants elle feint une seconde rémission et reprend une vie à peu près normale. Contre l’avis de tous et surtout de ses médecins elle décide de garder l’enfant qu’elle porte, consciente d’abréger ainsi sa propre vie. Son dernier cadeau à une famille qu’elle chérit plus que tout, un petit rayon de soleil dans un temps de souffrance qui va s’installer. Désireuse de protéger ce petit être qui grandit en elle de ce mal qui la ronge, elle se force à se détacher sentimentalement de son enfant. Mais c’est sans compter sur la nature de celui-ci : un sorcier, et le pouvoir de la magie. Alors qu’il n’a tout juste qu’un soupçon de conscience, James se refuse à cette distance et cherche donc à sentir chaque bride de sentiment qui peut parvenir de sa mère. Neuf mois plus tard il voit le jour dans l’hôpital de Oxford, le Premier Aout, il perçoit une brutale vague d’amour dans une chaude étreinte avant d’en être arraché. Jamais plus il ne ressentira les bras de sa mère l’entourer mais curieusement il ne souffrira pas de cette absence. Grâce à sa sœur aînée, Elysabeth qui lui servira de substitut maternel, sorcière également, elle est la plus à même de le comprendre. Après la naissance de James, Emilie Oraval ne quitte plus l’hôpital, trop malade pour s’occuper de sa famille, celle-ci se reposera sur la jeune Elysabeth.
    A peine six mois passent avant que la famille ne porte les couleurs du deuil, trop jeune pour s’en souvenir, cette date sera néanmoins retenue pour celle de la révélation de son don, ou plutôt de ce qu’il considère comme sa malédiction. Assailli par tant de tristesse et de chagrin, son corps physique a réagit à son empathie et a tenté de rejeter cette horde de sentiments étrangers comme on repousse un virus. James est tombé malade, poussée de fièvre, tremblements des membres, courbatures, toux, irritation de la gorge, tous les symptômes d’une grippe aggravée. Cela a été la plus mauvaise nuit de sa vie, et la plus grande frayeur encore à ce jour pour sa sœur qui a cru le perdre. Leur père, ravagé par le chagrin, était prostré dans sa chambre incapable de réagir, son frère et ses deux sœurs, inquiets, eux aussi ont tenté de relayer Ely avant qu’elle ne les envoi prendre un repos nécessaire.
    Sans vraiment savoir ce qu’elle faisait, Elysabeth l’a veillé, lui a parlé toute la nuit, posé des linges humides sur son front et si bien entouré de son amour qu’il a réussit à calmer ce phénomène. Ils mettront plusieurs mois et deux autres crises avant de faire le lien et de donner un nom à ce don : l’empathie.
    Ely est la seule mère qu’il ait vraiment connu, conscient qu’elle n’est que sa sœur, il ne peut la considérer comme telle. Elle a été la première à s’apercevoir des pouvoirs de James, et sans même comprendre ce qu’il se passait réellement, elle l’a surprotégé.
    A deux ans et demi il est entré à l’école maternelle, tandis que Ely gagnait Poudlard avec un statut spécial.
    Autant de personnes et de sentiments rassemblés en un lieu, James n’avait pas connu cela depuis l’enterrement de sa mère. Cette agression fut si violente qu’il tomba en catatonie durant 2 jours, déstabilisé et choqué, il refusa par la suite de retourner à l’école. Il fallut toute la force de persuasion de Ely pour le convaincre d’y aller à nouveau, James se referma sur lui-même cherchant à mettre le plus de distance possible entre lui et les gens à défaut d’éloigner les résidus de leur sentiments. Sa famille pourtant s’aperçut rapidement de son problème d’empathie sans réussir toutefois à y mettre un nom dessus et développa l’habitude de maîtriser leur sentiments. Chaque fois que James se situait à proximité de l’un d’eux il ne ressentait qu’une vague d’amour, cela lui permit de développer son caractère au sein de la famille. Il fit rapidement la distinction entre ce qu’il pouvait faire chez lui et l’attitude qu’il devait adopter à l’extérieur pour se protéger. Aussi ne sortait-il qu’en compagnie d’un membre de sa famille et restait dans les cours de récréation avec ses frères et sœurs. Alexandre, Hellen et Lucynda formait une véritable barrière de protection autour de lui, conscients de la particularité de leur petit frère et de la souffrance que cela engendrait.
    Il lui fallut bien des années avant de comprendre et de ne pas confondre les sentiments des autres avec les siens propres, plus d’une fois il se laissa déborder. Il avait tout juste 5 ans lorsqu'un soir il confondit les sentiments de Exan avec les siens, trop jeune et ignorant encore pour maîtriser sa malédiction. Il se mit à crier et à tout casser dans la maison, exprimant clairement colère et tristesse, une heure durant. Jusqu'à ce que Hellen s'aperçoive de l'absence de Exan dans le salon et monte le chercher dans sa chambre.
    Mais le plus surprenant fut que cette crise lui permit de prendre conscience qu'il était également un sorcier, comme sa soeur aînée, alors élève à Poudlard. Les objets volaient et cassaient avant qu'il n'ait le temps de les toucher, percutant les murs et étant repoussé par une sorte de sphère qui s'était constituée autour de James. Cette association de sa magie avec son don fut la première manifestation officielle, ainsi que la déduction que ces deux pouvoirs innées étaient étroitement liés.
    Apprenant que ses sentiments influençaient indirectement son frère, Exan se calma rapidement et vint l'apaisement de James, l'affaire fut considérée comme close et grâce aux récentes études de Ely, son mal fut nommé : l'Empathie.
    La suite ne fut alors que dur apprentissage pour mettre une barière entre ses propres sentiments et ceux des autres, mais surtout les distinguer. Plus que jamais les enfans Oraval étaient unis dans la tourmente et pas un ne le laissait seul en compagnie d'étrangers. Où qu'il aille il avait toujours son frère ou une de ses soeurs, même la douce et fragile Lulu pouvait montrer les griffes. Malheureusement la pratique était loin d'être aussi aisée et malgré cette protection renforcée, il souffrait de ce don, plus qu'il ne le montrait à sa famille. Son salut vint alors de la nouvelle compagne de son père : Roseline Picot. Langue de plomb émérite et génie reconnu, elle mit au point d'abord un sort puis une potion pour attenuer sa malediction et lui permettre de prendre le temps de la maîtriser. Mais comme tous les traitements expérimentaux celui-ci avait une durée de vie limité s'il ne voulait pas subir de graves lésions physique. Il eu donc un répis de 3 ans, dont deux à l'école de sorcellerie qui lui permirent de s'adapter à la vie en communauté tout en maîtrisant partiellement cette malédiction. Mais même avec cette potion tous les sentiments environnant ne disparaissaient pas, ils étaient juste assez atténué pour qu'il apprenne de lui-même à les repousser et à ne garder que les siens propres.
    Il s'apprete donc à faire son entrée en 3° année, mais cette fois sans la potion... Si vraiment il souffre trop, il ira voir Malyl, elle a toujours été la pour lui, elle l'aidera, même si à présent elle sera son professeur.
    au moins trente lignes. n'oubliez pas que vous ne vous répartissez pas et que c'est en fonction de votre caractère que vous irez dans une des quatre maisons.
05. moldu ;
    Surnom/Prénom ; Ely
    Âge ; Joker
    Célébrité sur l'avatar ; Adam Brody
    Code du Règlement ;

    Taux d'activité ; (3 sur 7)
    Multicomptes ? NON
    Où avez-vous connu le forum ? Bouche à oreille
    Le mot de la fin ; fin ^^



04. grimoire ;
    Histoire; au moins trente lignes. n'oubliez pas que vous ne vous répartissez pas et que c'est en fonction de votre caractère que vous irez dans une des quatre maisons.


Dernière édition par Edurya le Jeu 31 Déc - 10:20:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldantarya.superforum.fr
Edurya
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 05/03/2008

Personnage
Année d'Etude: 4ième
Don: Chieur professionnel
Matières étudiées:

MessageSujet: Re: James Oraval   Jeu 31 Déc - 4:20:50

Dernier né d'une famille de cinq enfants son histoire a commencé il y a peine plus de 16 ans d'une bien triste manière. Sa mère Emilie Oraval décida d'arrêter sa chimiothérapie lorsqu'elle appris qu'elle était condamné par un cancer généralisé. Il ne lui restait plus qu'une paire d'année à vivre et elle souhaitait profiter de sa famille au maximum. Elle refusait de passer les derniers mois de sa vie cloitré dans un hôpital. Pour ne pas inquiéter ses enfants, elle feint une seconde rémission et reprit une vie à peu près normale. Le hasard voulu qu'elle tomba enceinte et contre l'avis de tous, surtout de ses médecins, décida de garder l'enfant. Consciente d'abréger ainsi sa propre vie, elle s'entêta à vouloir garder au plus loin une grossesse qu'elle n'était pas sûre de mener à son terme. Ni sans séquelle pour son enfant. Mais il serait son dernier cadeau à une famille qu'elle chérissait plus que tout, elle voulait leur offrir un rayon de soleil dans leur vie où les ténèbres du chagrin allaient bientôt s'abattre.

Désireuse de protéger ce petit être croissant en son sein du mal qui la rongeait, elle fut scrupuleusement suivit médicalement, bombardé de médicament pour aider le fœtus. Mais se sachant condamnée, elle voulut offrir à cet enfant l'absence de douleur de sa perte et elle se força à se détacher sentimentalement de lui. De ne point trop l'aimer et de ne se considérer finalement que comme une mère porteuse. Mais c'était sans compter sur la nature de celui-ci : un sorcier et le pouvoir de la magie. Alors qu'il n'avait tout juste qu'un soupçon de conscience, James refusa cette distance et chercha à sentir, deviner, comprendre chaque sentiment qui pouvait parvenir de sa mère. Un travail de longue haleine et surtout inconscient qui façonna la malédiction dont il serait atteint toute sa vie.

Sept mois et demi plus tard, il vit le jour à l'hôpital d'Oxford, le Premier Août. L'accouchement avait été avancé et déclenché, sa mère se faisant trop faible pour continuer à le porter sans danger pour lui, même en restant alité à l'hôpital. Délivré, il perçut alors une brutale vague d'amour dans une chaude étreinte avant d'en être arraché à jamais. La santé d'Emilie déclina rapidement après cela, elle ne quitta jamais l'hôpital et la famille se reposa sur leur soeur aînée : Elysabeth.

Il fallut moins de 6 mois avant que la famille ne porte les couleurs du deuil. Trop jeune pour s'en souvenir, cette date fut néanmoins retenue également pour celle de la révélation de son don, ou plutôt de ce qu'il considère comme une malédiction. Assailli par tant de tristesse et de chagrin, son corps physique réagit à son empathie et tenta de rejeter cette horde de sentiments étrangers et néfastes comme on repousse un virus. Il tomba malade. Fièvre, tremblements, toux, pleurs incessants, sa santé se dégrada en une demi journée. Cela fut la plus mauvaise nuit de sa vie, et l'une des plus grandes frayeurs de sa sœur qui cru le perdre également. Aidée de ses frère et soeur, Ely le veilla toute la nuit et sans réellement savoir ce qu'il fallait faire, elle posa des linges froids sur son front brûlant, le berça en chantonnant et l'entoura tant et si bien de son amour qu'au matin, la fièvre baissait et son état de santé s'améliorait. Il n'y eut finalement pas besoin de se rendre en urgence à l'hôpital comme elle l'avait supplié à son père au milieu de la nuit. Celui-ci, ravagé par le chagrin, était resté prostré dans sa chambre, incapable de réagir à quoique ce soit. Et lorsque le médecin de nuit, que son frère était allé chercher, arriva enfin il ne diagnostiqua qu'une maladie bénigne qui finirait de guérir dans la journée. Ce qui étonna la fratrie. Quelle sorte de maladie pouvait se déclencher la veille, manquer de faire passer à trépas un nourrisson et disparaître le lendemain ? Même le docteur fut incapable de l'expliquer, ou alors il ne les crut pas vraiment. La famille était éprouvé par la mort de leur mère, ils n'avaient pas du faire attention aux symptômes survenus quelques jours plus tôt. Ils avaient eu beaucoup de chance.

Cette épisode là fut à l'image des cinq années suivantes de sa vie. Sa sœur aînée prenait soin de la famille, s'occupant d'eux comme leur mère l'aurait fait, les aidant à leur devoir, tenant la maison, s'assurant qu'ils ne manquent de rien alors que leur père se réfugiait dans le travail pour alléger son chagrin. Il n'était pas rare que le frigo ou les placards soient vides et qu'ils soient obligés d'aller emprunter des œufs ou de la farine à un voisin. Non pas parce qu'ils n'avaient pas les moyens de payer leur nourriture, leur père était ingénieur et gagnait très bien sa vie, mais il avait tendance à « oublier » sa famille et il fallait bien souvent plusieurs jours avant qu'il ne pense à laisser l'argent des courses que Ely lui réclamait. Et au milieu de tout cela, elle trouvait encore le temps d'aller dans cette école spéciale pour les gens comme elle. Une école de sorcier. Oui, leur sœur ainée s'était révélée être une sorcière, c'était leur voisine Mme Picot qui était venu leur expliquer tout cela et lui faire découvrir son nouveau monde. Qui aurait cru que cette gentille voisine était également une sorcière ? Mais c'était peut-être pour cela que Ely réussissait à tout gérer de front, elle devait faire usage d'une sorte de magie.

Et lui que faisait-il dans la journée quand tous étaient à l'école ? Ne possédant ni grands-parents, ni oncles ou tantes et ne pouvant rester avec des étrangers, c'était cette chère voisine Mme Picot qui jouait les nourrices. Il avait appris à s'habituer à elle et curieusement acceptait sa présence facilement. Les mois puis les années passaient et des phénomènes étranges se produisaient autour de lui indiquant clairement qu'il serait lui aussi un sorcier. Roseline Picot, qu'ils surnommaient tous Rose avait facilement reconnu les symptômes et s'en était ouverte à la jeune Ely. Il n'y eut pas que de James dont se rapprocha Rose. Suite au décès de leur mère, la musique avait été totalement interdite dans leur maison qu'ils nommaient l'Espérance, un nouveau coup dur pour ces enfants. Mais les mélodies rappelaient par trop leur mère violoniste et professeur de piano et ni Ely ni leur père ne supportait plus d'en entendre sans éclater en sanglot pour la première ou de rage pour le second. Aussi ils évitaient de toucher aux instruments de la maison. Mais aucun ne pouvait réellement s'en passer, passion transmise par leur mère et seul lien tangible la reliant à eux. Rose possédait un piano chez elle, bien qu'elle ne savait pas en jouer et tous les soirs la petite et douce Lulu allait y faire ses gammes, Hellen y passait quelques jours par semaine pour continuer également son apprentissage et se faire plaisir. Ce fut d'ailleurs elle qui initia James à ces joies, reproduisant avec lui ce que leur mère avait fait avec eux. Des jeux sur le piano, des mélodies simples, tout ce qu'il fallait pour apprendre la musique à des enfants en bas âge. C'était leur refuge, et grâce à Rose ils pouvaient encore y avoir accès. Et peu à peu Rose s'intégra dans cette famille qu'elle essayait d'aider du mieux qu'elle pouvait.

James était un enfant aimant et attachant et très sensible aux sentiments l'environnant. Dès qu'ils étaient heureux, il souriait, dès qu'un enfant était triste, il pleurait. A cette époque les choses étaient encore simple à gérer, il n'était qu'un miroir ce qui intriguait Ely et Rose, chacune de leur côté. Quelque chose n'était pas naturel dans sa façon de faire mais ni l'une ni l'autre ne savait de quoi il en retournait exactement. Mais cela ne les avait pas empêché de prendre certaines mesures après avoir remarqué ce phénomène. Ils développèrent l’habitude de maîtriser leur sentiments, de s'apaiser et de s'efforcer de rester calme. Chaque fois que James se situait à proximité de l’un d’eux il ne ressentait qu’une vague d’amour, et de tendresse. D'ailleurs il ne quittait jamais l'entourage d'un membre de sa famille lors des rares sorties qu'il faisait. James était surprotégé, Ely lui servait de substitut maternel, ses soeurs le couvait et son frère cassait la figure à quiconque avait le malheur de se moquer de lui. Un soir pourtant, encore trop jeune et ignorant pour maîtriser sa malédiction, il se mit à crier et à tout casser dans la maison, exprimant clairement colère et tristesse une heure durant sans que rien ni quiconque ne réussisse à le calmer. Puis Hellen s'aperçut de l'absence de leur frère, Alexandre dit Exan, avait souvent une bonne influence sur James et arrivait à le calmer. Elle monta le chercher dans sa chambre et le vit en train de reproduire les mêmes gestes que le petit, à une nuance près. Après une discution entre eux, ils redescendirent au salon pour tenter de calmer James mais quand ils arrivèrent celui-ci était déjà apaisé. L'étonnement laissa place au questionnement et un lien entre leur frère et leur sentiment fut clairement établi. Il fut évident pour tous également que James serait un sorcier et que sa magie était clairement lié à ses sentiments. Les objets volaient et cassaient avant qu'il n'ait le temps de les toucher, percutant les murs et étant repoussé par une sorte de sphère qui s'était constituée autour de lui jusqu'à ce qu'il se calme et qu'elle disparaisse.

Vint alors le temps pour James d'entrer au jardin d'enfant et de rejoindre ses frères et sœurs. 5 ans. Autant de personnes et de sentiments rassemblés en un lieu, James n'avait plus connu cela depuis l'enterrement de sa mère. Cette agression fut si violente qu'il tomba en catatonie durant deux jours et fut hospitalisé d'urgence. Ce fut le déclic pour Rose pour chercher ce qui pouvait bien atteindre ce petit garçon et une nouvelle frayeur pour la famille. Assez pour faire réaliser à leur père qu'il était en train de passer à côté de ses enfants, et qu'il fallait qu'il fasse un effort pour renouer. Déstabilisé, choqué, effrayé, James refusa de retourner à l'école et il fallut toute la force de persuasion de ses sœurs pour le décider à refaire une tentative. James était un enfant sensible, trop sensible, trop dépendant des sentiments des autres et grâce aux recherches de Rose et Ely ils purent enfin nommer son mal : l'empathie. Un nouveau combat s'engageait alors : offrir à James la possibilité d'avoir une personnalité propre.

Des mesures furent prises pour qu'il ne soit jamais seul, en classe il était mis à l'écart des autres pour ne pas être gêné. Rose fouillait chaque archive des mystères, ayant repris son travail de langue de plomb pour trouver un quelconque indice aidant le jeune garçon. Elle prit la piste des potions et réussit à confectionner quelque chose d'expérimental pour soulager James. Heureusement il était jeune, sa malédiction n'était pas encore très développée, mais elle allait croitre avec sa puissance magique et devenir de pire en pire. L'adolescence serait une phase critique. Cela n'empêcha pas pourtant James de se refermer sur lui-même cherchant à mettre le plus de distance possible entre lui et les gens à défaut d’éloigner les résidus de leur sentiments. Il fit rapidement la distinction entre ce qu’il pouvait faire chez lui et l’attitude qu’il devait adopter à l’extérieur pour se protéger. Ce qui lui permit de développer son caractère au sein de sa famille.

Plus que jamais les enfans Oraval étaient unis dans la tourmente et pas un ne le laissait seul en compagnie d'étrangers. Où qu'il aille il avait toujours son frère ou une de ses sœurs, même la douce et fragile Lulu pouvait montrer les griffes. Malheureusement la pratique était loin d'être aussi aisée et malgré cette protection renforcée, il souffrait de ce don, plus qu'il ne le montrait à sa famille. Son mal était plus profond encore qu'il ne le laissait croire, lui aussi essayait de protéger les siens, dans la mesure de ses petits moyens. Les années se succédaient, long apprentissage pour distinguer ses propres sentiments de ceux des autres qui le submergeait presque constamment. La solitude pour lui était un soulagement. Mais il ne pourrait rester ainsi toute sa vie. Sa scolarité était totalement chaotique, incapable de se concentrer en classe, il devait rattraper le soir tout ce qu'il n'avait compris. Il prit du retard en lecture, en calcul mental, en grammaire... Les lacunes s'accumulaient les unes après les autres, il était souvent malade malgré les précautions que tous prenaient. Ce n'était pas suffisant. Le sort n'était plus suffisant. Les accidents restait trop fréquent et sa magie lui échappait bien trop souvent. Plus d'une fois le ministère, et les oubliators, durent intervenir. Comme souvent quand un accident magique advenait dans un coin moldu. Ses sœurs passaient la plupart de leur week-end end à lui faire rattraper le niveau et il obtenait de justesse son année scolaire à chaque fois.

Son salut vint alors de Rose en fin de primaire, qui après avoir abandonné la voie des sorts, s'était penchée sur les potions. Mais comme tous les traitements expérimentaux celui-ci avait une durée de vie limité s'il ne voulait pas subir de graves lésions physiques. Il eu donc un répit et la fin de son primaire fut plus aisé ce qui leur permis d'envisager même de l'envoyer à Poudlard. Car envers et contre tout James restait un sorcier, sa place était dans cette école de sorcellerie, où il étudierait parmi ses « semblables » tout ce qu'il se devait de savoir. Et surtout où il apprendrait à gérer sa magie, vital pour lui qui en perdait aussi souvent le contrôle à cause de sa malédiction. De ces 3 années de « répit » qu'il eut, deux furent ses premières années à Poudlard qui lui permirent de s'adapter à la vie en communauté tout en maîtrisant partiellement son petit problème sentimental. Il intégra un dortoir avec un lit placé à l'écart et sous plusieurs sorts d'isolement, on lui indiqua certains couloirs dérobés et il en trouva d'autres pour se rendre en cours. Il faut avouer que ses résultats la première année furent médiocre. Il avait beaucoup de mal à se concentrer et ici, il n'avait pas Ely pour l'aider à rattraper son retard. Même avec cette potion tous les sentiments environnant ne disparaissaient pas, ils étaient juste assez atténués pour qu'il apprenne de lui-même à les repousser et à ne garder que les siens propres. Cette aide avait une efficacité limitée et plus Rose forçait les doses plus le breuvage se faisait poison, il devrait bientôt l'abandonner. Aussi il devenait vital qu'il apprenne à édifier une barrière autour de son cœur, à se protéger seul pour avoir une vie à peu près normale. Sur le même modèle que les légimens avec leur esprit. Il devait faire la même chose avec son coeur.

C'était la conclusion à laquelle en était arrivée Rose lors de ses discutions avec un professeur de Poudlard sur le cas de James. Parce que bien sûr le personnel de l'école et l'infirmière en tête étaient au courant de son état. Ils ne pouvaient se permettre de ne pas l'être. Surtout que James allait souvent s'isoler à l'infirmerie pour vérifier son état de santé. Et quand il devenait trop dur pour lui de supporter les gens qui l'entourait, on le plaçait dans une salle isolé, loin de tous durant un week-end. Complètement coupé du monde ou seuls les elfes de maison venait lui rendre visite pour lui apporter de la nourriture ou ce dont il avait besoin. Leur magie leur permettant de bloquer la malédiction du jeune homme. Mais de ce suivi, James bénéficia de cours particulier avec le légimens de l'école pour lui expliquer les principes de l'occlumencie afin qu'il reproduise le même schéma sur son cœur. La théorie semblait déjà peu aisée, la pratique se révéla encore plus ardue. Mais il n'avait pas le choix, ou il réussissait, ou il périssait ou pire... Deviendrait fou. Et il ne le pouvait. Pas vis à vis de sa famille qui déployait tant d'énergie pour l'aider. Pas à ces soeurs et frère qui avaient tous orientés leur carrière professionnelle de manière à trouver comment l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldantarya.superforum.fr
Edurya
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 05/03/2008

Personnage
Année d'Etude: 4ième
Don: Chieur professionnel
Matières étudiées:

MessageSujet: Re: James Oraval   Jeu 31 Déc - 10:06:20

Elysabeth intégrait le département des mystères au ministère de la magie, espérant aider Rose dans ses recherches sur l'empathie et même trouver elle-même ce qui guérirait son petit frère. Exan entamait des études d'ingénieur, voulant explorer si du côté de la technique il ne trouverait pas quelque chose capable de soulager James. Hellen avait choisit les études de médecine, envisageant une spécialité de chirurgie cardiaque, peut-être que sa malédiction venait d'une malformation du coeur... Et la douce Lulu encore au lycée à vouloir passer son bac était déjà une harpiste de talent, étudiant tous les soirs au conservatoire. Malgré les interdictions, aucun n'avait d'ailleurs quitté la musique et ils s'étaient tous évertués à transmettre cette héritage de leur mère au petit dernier qu'il était. Exan maîtrisait à présent la guitare, plus souvent électrique que sèche d'ailleurs, Hellen s'était contentée de rester au piano alors que Lulu après ses gammes avait rapidement appris à jouer du violon pour se fixer finalement à la harpe depuis peu. Et qu'elle avait découvert au conservatoire. C'était lui qui avait naturellement repris le violon, enseigné par sa soeur. Curieusement cet apprentissage l'aidait. Devoir se concentrer sur une partition et jouer en même temps une mélodie l'apaisait étrangement et il n'était pas rare de l'entendre jouer dans ses longs moment de solitude qui s'imposait à lui. La musique lui permettait d'évacuer les sentiments qu'il avait en lui, y compris les siens parfois. C'était un soulagement.

Ce fut quand il entra en 3ième année qu'il y eut des changements majeurs dans sa vie. Outre le fait qu'il retournait à Poudlard totalement démuni, ou presque, pour faire face avec sa malédiction. Non, le plus gros changement survint dans la famille : le mariage de son père et de Roseline Picot. Leur charmante voisine avait réussi à se faire une place dans leur famille, près de 10 ans après le décès de sa mère biologique et dans le cœur de leur père. Pour eux, cela leur semblait naturel, Rose avait été à l'origine de tous les bons changements subvenus chez eux. Ils l'aimaient déjà et tout naturellement les sentiments de leur père s'étaient accordés aux leurs. Ils avaient mis du temps à s'afficher ensemble, craignant que les enfants ne le prennent mal, mais Rose était intelligente et jamais n'avait prétendu prendre la place de leur mère. Mais James ne se sentait pas concerné par cela. Sa vrai mère, il ne l'avait jamais connu. Celle qui l'avait élevé était Ely, qu'il appelait affectueusement Malyl, puisqu'elle lui avait refusé fermement qu'il l'appelle maman. Mais pour lui, c'était ce qu'elle était. Elle l'avait veillé, soigné, encouragé, grondé, comme seule une mère l'aurait fait. Il avait également beaucoup appris de ses autres sœurs et de son frère, mais celle qu'il réclamait après un cauchemar, c'était elle. Celle qui calmait ses pleurs ou ses angoisses, encore elle. Dans son cœur elle était sa mère.

Quelques semaines après la rentrée, il eut la surprise de découvrir à Poudlard une de ses meilleures amies d'enfance. Papillon comme il l'a surnomme affectueusement. Ils étaient à l'école ensemble, durant tout leur primaire. Elle était l'une des rares personne qu'il laissait l'approcher probablement parce qu'elle semblait aussi étrange que lui, mais jamais il n'avait soupçonné qu'elle puisse être sorcière et visiblement de son côté également. Le décret sur le secret de la magie leur interdisait à tout deux de parler de ce monde à l'autre. Chacun inventa une excuse plausible pour expliquer qu'ils quittaient l'école de l'orphelinat et rejoignais un institut privé. Et ils auraient pu passer ainsi à côté l'un de l'autre sans jamais se voir à Poudlard si un soir, James ne s'était pas trompé de couloir et s'était retrouvé du côté de la tour des Serdaigle. Autant dire que cela lui fit un choc de la découvrir ici. Comment avaient-ils pu se rater autant les 2 premières années ? C'était impossible ! Et pourtant... James n'était jamais dans les endroits publics et plein de monde comme la grande salle, le hall, la bibliothèque, les couloirs, et Papillon passait le plus clair de son temps à la bibliothèque justement. Iils n'avaient quasi eu aucun cours en commun ces deux précédentes années. L'un ou l'autre ayant été absent à ceux là. Plus souvent lui qu'elle d'ailleurs. Alors ils se découvraient effectivement l'un face à l'autre dans ce couloir isolé, et retrouvèrent leur complicité d'avant, voire même plus quand ils décidèrent d'être totalement honnête l'un envers l'autre. James lui avoua pour son empathie et elle lui révéla son secret à son tour. Et durant ces dernières années, leur amitié n'a fait que se renforcer.

Retrouver Papillon fut une chance et une amarre dans la torture que fut cette année. Autant d'un point de vue scolaire que physique. Sa malédiction croissait en puissance et son état de santé se détériorait, souvent fatigué, malade, il avait du mal à mettre en pratique les leçons qu'il continuait de recevoir du professeur legimens et de violentes douleurs à la poitrine l'assaillaient régulièrement. Cela n'empêcha pas un camarade de se mettre en tête de percer le secret de James et de comprendre pourquoi il était si atypique pour un membre de leur maison. Plein d'entrain, farceur, impulsif, bien souvent il bousculait James et essayait de le sortir de sa morosité, jusqu'à ce qu'un jour il craque et lui avoue son problème. Curieusement au lieu d'éloigner ce jeune homme, cela ne fit que renforcer les liens d'amitié qu'il avait commençait à nouer et se jura à partir de ce jour de seconder efficacement ce nouvel ami et de le protéger de qui que ce soit viendrait l'ennuyer.

Malheureusement il ne put le protéger d'une chose : l'amour. James tomba amoureux en fin d'année pour la première fois d'une belle jeune fille dans la même maison que lui. Et comble de chance, elle tomba amoureuse de lui en retour ou bien était-elle tombé amoureuse de lui en premier ? C'était ce doute qui le fit reculer plus d'une fois et hésiter grandement. Il voulait l'aimer par lui-même et non lui offrir le reflet de ce qu'elle ressentait. Heureusement qu'elle était plus entreprenante que lui et prit les devants pour les rapprocher où ils auraient été encore au même point le Noël suivant. Les premiers mois furent idylliques et l'été ne suffit pas à les éloigner l'un de l'autre. Ils trouvèrent même à se voir durant celui-ci. Jeune danseuse, il l'aidait souvent à répéter ses concours de danse, Rose lui ayant appris les bases des danses de salon. Son père restait encore très hermétique à tout ce qui était musique et danse et Exan avait quitté la maison pour ses études à Londres, alors c'était lui qui s'y était collé.

Il entra en 4ième année, continuant ses exercices de protection, avec le soutien de ses meilleures amis, de sa petite amie. Tout semblait lui sourire, contrôler sa malédiction lui semblait plus facile, et il commençait même à s'ouvrir à ses camarades de maison. Commençant à faire connaissance avec les personnes qu'il côtoyait depuis 4 ans sans jamais avoir pris le temps de les connaître. Il partagea Noël avec sa bien-aimée à l'Espérance. Tout semblait parfait. Trop parfait pour continuer de la sorte. James s'était fourvoyé sur un point : il ne contrôlait pas mieux sa malédiction, elle était juste en train de se renforcer et d'augmenter en puissance. Et il ne s'en rendit compte qu'au pire moment : lorsque sa petite amie le quitta après plus d'un an de relation. Elle avait rencontré des problèmes, il ne s'était pas montré assez présent pour la soutenir, devant se débattre lui-même avec sa malédiction. Elle s'éloigna de lui sans qu'il ne réagisse, trop choqué par cette nouvelle. Et quand il le réalisa, la douleur déchira son coeur et il s'effondra. Ce fut Papillon qui le trouva à terre et qui le mena non sans difficulté droit à l'infirmerie où il fut transféré de toute urgence à l'hôpital de Sainte Mangouste. A même pas 15 ans, James venait d'avoir sa première attaque cardiaque. Une chose impensable pour un enfant de son âge s'il n'avait souffert de ce mal. On aurait pu se demander s'il n'avait pas eu une réaction démesurée à cette rupture, mais à seulement 13 ans, une relation d'un an leur avait fait croire à une relation sans fin : pour la vie. De plus l'empathie avait décuplé tout sentiment qu'il pouvait éprouver pour la jeune femme. Ce fut la fin du monde quand elle le quitta et il mit plusieurs mois à s'en remettre. A commencer par sortir de l'hôpital qui lui pris un bon mois et demi, et une astreinte à demeure de deux mois supplémentaire pour le repos. Il ne put reprendre Poudlard qu'en fin d'année et tenter de rattraper son retard. Il réussit son année in extremis.

Mais ce petit passage à Ste Magouste, eut un effet auquel personne ne s'attendait. Durant sa convalescence, il arrivait à James de se balader dans les couloirs du centre médical. Il y fit la rencontre d'une petite fille qui venait de perdre ses parents dans un accident. Et contre toute attente, sa malédiction lui permit de comprendre cette fillette et de l'aider, il fut le premier à qui elle parla, alors qu'elle refusait de prononcer un mot depuis plusieurs jours. Alors il traîna de plus en plus du côté des psychomage et réalisa pour la première fois que cette malédiction qu'il possédait pouvait se révéler être un don et avoir quelque chose de bon. Il pouvait VRAIMENT être utile et surtout il commençait à croire à un avenir possible pour lui. Il avait toujours été persuadé qu'il ne passerait jamais sa majorité, sa dette à payer pour avoir prit la vie de sa mère biologique. Mais peut-être s'était-il trompé. Comme beaucoup de choses en cette dernière année. Peut-être pourrait-il exploiter ce qu'il possédait, une fois qu'il le maîtriserait mieux bien entendu.

Et c'est avec cette idée en tête qu'il attaqua sa 5ième année, il se mit à travailler avec plus d'acharnement pour obtenir les buses qui lui permettrait de faire des études de médicomagie et il révéla en ce domaine tout le talent de la famille Oraval pour les études et leur acharnement à vouloir réussir. Il passait plus de temps avec Papillon dans la bibliothèque, sortait courir tous les matins pour fortifier physiquement son coeur et tous les soirs faisaient ses exercices de protection, seul à présent. Autant dire que son emploi du temps était bien rempli et que cela paya. Ses notes remontèrent à quelque chose d'acceptable, sa malédiction atteignait son paroxisme mais cette fois il faisait de réel progrès pour la gérer et cela adoucissait sa peine. Et il réussit ainsi à obtenir les buses qu'il désirait pour la suite. De justesse mais il les eut. Il entama l'année suivante sur le même modèle que la première jusqu'au fête de Noël on le laissa tranquille et travailler, pourtant quelque chose lui dit que sa tranquillité est prêt de s'arrêter et qu'on va bientôt le remettre dans le bain des embrouilles d'adolescents... Peut-être à cause du regard qu'un imbécile pose sur Papillon, ou alors son meilleur ami qui a décidé de le sortir de son sérieux... Allez savoir. Une chose est sûre, les choses sont sur le point de changer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldantarya.superforum.fr
Edurya
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 05/03/2008

Personnage
Année d'Etude: 4ième
Don: Chieur professionnel
Matières étudiées:

MessageSujet: Re: James Oraval   Mer 6 Jan - 11:19:23

FAMILLE

"Il est une autre richesse que celle de l'or ou de l'argent, c'est l'amour de sa famille."

.

Misery Angel
.

xxx MALYL xxx
Appelé généralement Ely ou Lyl par ses frères et soeurs. Elle est ma mère, malgré tout ce qu'elle peut en dire. J'ai conscience que génétiquement, elle n'est que ma soeur. Mais elle m'a élevé, pris soin de moi quand j'étais malade, m'encourage, me réconforte, me protège, et m'engueule quand je ne fais pas ce qu'il faut. Elle est douce, attentive, aimante et toutes les qualités qu'on peut trouver chez une maman. D'ailleurs, elle a un fils Sirius et elle attend une petite fille : Emilie. C'est Harry, son mari, qui est aux anges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldantarya.superforum.fr
Edurya
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 05/03/2008

Personnage
Année d'Etude: 4ième
Don: Chieur professionnel
Matières étudiées:

MessageSujet: Re: James Oraval   Mer 6 Jan - 11:39:51

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldantarya.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: James Oraval   

Revenir en haut Aller en bas
 
James Oraval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le dernier des Mohicans (James Fenimore Cooper)
» James : toujours partant pour un spin-off sur Spike
» James Herriot : Toutes les créatures du Bon Dieu
» James Lee Burke : "Dans la brume électrique"
» Dark Angel, une série de James Cameron sans James Cameron ;D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldantarya :: Chapitre 4 :: Généralités :: Votre 1er forum-
Sauter vers: